Célébrons partout, et surtout LISONS...

P1010713

... les oeuvres de cejournaliste d' Il Corriere della Sera

devenu (1906-1972) notre romancier-poète :

Dino Buzzati

*

(Tiens, mais au fait... " Pourquoi c'est beau ?")

*

... à cause du STYLE !!!

Toute son oeuvre en est "enchantée" !

*

Les mots coulent d'harmonie, telles eaux du torrent...

Les images y naissent comme fleurs sous la pluie...

Les arbres y sont naturellement des génies, les vents des esprits...

L'impression produite : indéfinissable...

Contes de fées, prosodies, proses-ondées de poésie ? ...

L'oeuvre d'un magicien animiste...

*

P1010574

Petite démonstration en III Actes...

Ses trois premiers romans...

... sa Trilogie magique...

*

Bàrnabo delle montagne (1933)

Bàrnabo des Montagnes

Tableaux__photos__dessins_359

(La maison des gardes forestiers de San Nicola, dans la vallée delle Grave : on s'éveille...)

    Au petit matin, la maison est déjà emplie de bruits. Est-ce qu'il va faire beau ? On ne comprend toujours pas pouquoi ce grand brouillard qui tient toute la montagne commence seulement à se dissiper.

  Molo, Durante, Montani et Fornioi sont sur le départ. Les autres reposent encore bien au chaud, et perçoivent seulement des bruits des bruits, des voix dans la cuisine. Ceux qui doivent partir se préparent sans doute le café. Ils s'affairent puis c'est de nouveau le silence. Juste à l'instant du départ, les voix montent et les grosses chaussures crissent sur le seuil. Quelques mots encore, confus. Les voix s'éloignent en direction de la forêt, avec le bruit des pas alourdis.

(extrait du chapitre VI de l'Intégrale des Romans et nouvelles, page 27, traduction de Michel Breitman)

*

P1080653

Il segreto del Bosco Vecchio (1935)

Le Secret du Bosco Vecchio

   1. Par certaines nuits calmes, quand la lune est pleine, on fait la fête dans les bois. Il est impossible d'établir avec précision la date de ces fêtes, car aucun symptôme ne se manifeste auparavant. Simplement, quelque chose de spécial et d'indéfinissable se trouve alors dans l'atmosphère. De nombreux humains, la majorité même, n'en prennent jamais conscience : ils passeront, impassibles, sur la lisière des forêts ténébreuses sans suspecter un instant ce qui se passe dans les profondeurs. C'est une question de sensibilité. Certains la possèdent de naissance, d'autres ne la posséderont jamais.

("Note" - en bas de page - extrait du chapitre XII de l'Intégrale des Romans et nouvelles, page 101, traduction de Michel Breitman)

*

P1080044

(Complice du vent Matteo, le colonel Sebastiano Procolo vient d'essayer de perdre son jeune neveu Benvenuto dans le Bosco Vecchio.

Par malheur, lui-même ne retrouve pas son chemin et doit passer la nuit dans la forêt... )

   Le colonel demeura assis, dans l'attente du jour nouveau et, pour la première fois de sa vie, il connut vraiment les rumeurs de la forêt. Cette nuit-là, il y en eut quinze que Procolo nota l'une après l'autre :

  1) grondements sourds qui semblaient par instant sortir de la terre, comme si quelque séisme se préparait ;

   2) bruissements de feuilles

   3) grincement des branches ployant sous le vent ;

    4) rumeurs des feuilles sèches sur le sol ;

   5) bruit de branches mortes, de feuilles et d'épines tombant à terre ;

   6) voix lointaine d'une eau vive ;

    7) bruit d'un grand oiseau s'enolant de temps en temps avec un grand fracas d'ailes (peut-être un coq de bruyère) ;

   8) rumeurs de quelques mammifères (écureuils ou fouines, renards ou lièvres) traversant la forêt ;

   9) passage d'insectes sur les arbres ;

   10) à de longs intervalles : bourdonnement d'un gros moustique ;

   11) bruissement, vraisemblablement d'une couleuvre ;

   12) hululement d'une chouette ;

   13) doux chant des grillons ;

   14) hurlements et plaintes d'un lointain animal inconnu, sans doute assailli par des loups ou des hiboux ;

   15) mystérieux jappements.

(extrait du chapitre XX de l'Intégrale des Romans et nouvelles, page 122, traduction de Michel Breitman)

*

Il deserto dei Tartari (1940)

Le désert des Tartares

Tableaux__photos__dessins_361

(Le jeune lieutenant Giovanni Drogo vient d'arriver au fort Bastiani...

Sur la terrasse, au soleil couchant, il questionne le lieutenant Morel, plus ancien dans la place...)

   Devant, lui, inondée par la lumière du couchant, la vallée s'enfonçait, devant lui, les secrets du septentrion se dévoilaient.

   Une vague pâleur avait envahi le visage de Drogo, qui regardait, pétrifié. La sentinelle voisine s'était arrêtée et un silence infini semblait être descendu avec les halos du crépuscule. Puis, sans détourner le regard, Drogo demanda :

  - Et derrière ? derrière ces roches, comment est-ce ? C'est tout comme ça, jusqu'au bout ?

  - Je n'ai jamais vu comment c'était (...) Il faut aller à la nouvelle redoute, celle qui est là-bas, au sommet de ce cône. De là, on voit toute la plaine. on dit...

  Et ici, il s'interrompit.

  - On dit ?... Qu'est-ce qu'on dit ?

  Et une inquiétude inhabituelle faisait trembler sa voix.

  " On dit que toute cette plaine n'est que cailloux, une sorte de désert, des cailloux tout blancs, paraît-il, comme s'il y avait de la neige.

  - Rien que des cailloux ? C'est tout ?

  - C'est ce qu'on dit : des cailloux et quelques marécages.

  - Mais au fond, au Nord, on doit tout de même bien voir quelque chose ?

  - En général, à l'horizon, il y a de la brume (...) Il y a les brumes du Nord qui nous empêchent de rien voir. (...)

  - Les brumes ! (...) Elles ne doivent pas rester là en permanence, l'horizon doit parfois être clair.

  - Il n'est presque jamais clair, même en hiver. Mais il y en a qui prétendent avoir vu...

  - Qui prétendent avoir vu ? Quoi donc ?

  - Ils ont rêvé, c'est sûr (...) "

(extrait du chapitre III de l'Intégrale des Romans et nouvelles, page 190, traduction de Michel Arnaud)

009

(Au fort Bastiani depuis quelques années, le lieutenant Drogo fait un étrange rêve prémonitoire...

Se revoyant enfant, il assiste - depuis la fenêtre d'un palais enchanté -

au départ "dans les cieux" de son camarade Angustina, lui-même redevenu enfant...

Angustina mourra dans les neiges un peu plus tard... et surtout, ni lui ni Drogo ne verront attaquer les Tartares... )

    Les fantômes, naguère aimables, n'étaient donc pas venus jouer avec les rayons de lune, ils n'étaient pas sortis, innocentes créatures, de jardins parfumés, mais ils venaient de l'abîme.

    Les autres enfants eussent pleuré, ils eussent appelé leur mère, mais Angustina, lui, n'avait pas peur et conversait placidement avec les esprits, comme pour établir certaines modalités qu'il était nécessaire de préciser. Serrés autour de la fenêtre, semblables à une guirlande d'écume, ils se chevauchaient l'un l'autre, se poussant vers l'enfant, et celui-ci faisait oui de la tête, comme pour dire : bien, bien, tout est parfaitement d'accord. A la fin, l'esprit qui, le premier, avait aggripé l'appui de la fenêtre, peut-être était-ce le chef, fit un geste impérieux. Angustina, toujours de son air ennuyé, enjamba l'appui de la fenêtre (il semblait déjà devenu aussi léger que les fantômes) et s'assit dans le petit palanquin, croisant les jambes en grand seigneur. La grappe de fantôme se défit dans un ondoiement de voiles et le véhicule enchanté s'éleva doucement.

(extrait du chapitre XI de l'Intégrale des Romans et nouvelles, page 223, traduction de Michel Arnaud)

desert_tartares

L'histoire fut adaptée ultérieurement - brillamment -

par le cinéaste "intimiste" italien

Valerio Zurlini

(Eté violent, La fille à la valise, Journal intime, Le professeur)

dont ce sera la dernière réalisation...

*

On se souvient des plans crépusculaires extraordinaires

tournés dans la forteresse de Bam

(citadelle d'argile cachée dans les montagnes désertiques en Iran -

et devenue, le temps du cinéma, le "Fort Bastiano"... )

Lieu de tournage "idéal" découvert par Zurlini

elle sera soumise, deux dizaines d'années plus tard, à un violent tremblement de terre

extrêmement destructeur en vies humaines...

*

Hélàs, Vulcain se substitua aux Tartares légendaires...

cdf_voyageur

Caspar David FRIEDRICH, Voyageur au-dessus de la mer des nuages

*

[En conclusion provisoire, vous offrant ces modestes

COUPLET & REFRAIN "ELITISTES"...]

A l'heure des sinistres P.à B. (Pièges-à-Blaireaux) à 22 euros,

 

Du règne internéto-télévisqueux Despento-FoenkiNothombo-Houellebecquo-Trierweilo-Zemmourien

 

De "notre" NON-littérature gélatineuse triomphante...

 

Toujours si platement écrite, étonnamment vulgaire,

Invariablement narcisso-centrée et prétentiarde,

Insincère jusqu'en son "tire-larmes-à-Margot"

Constamment insignifiante,

 

Comme il reste doux -- et héroïque -- de découvrir

Tant de livres de (VRAIE) Littérature

Ecrits par ces artistes qui oeuvrèrent -- et oeuvrent encore -- de par le monde

A la croissance d'un si bel Arbre...